L’ Ardenne

L’ Ardenne est un territoire forestier merveilleux dont la plus grande partie se situe en Belgique. La région est couverte de forêts, de tourbières, de fagnes, de marais, de landes.

Un territoire forestier

L’Ardenne est un territoire forestier accidenté dont la plus grande partie se situe en Belgique mais qu’on retrouve également au Luxembourg et dans le nord de la France (Lorraine et Champagne). L’origine du terme Ardenne proviendrait du mot celtique « Ar Duen » qui signifie « La Noire ». Il est fort probable que l’Ardenne devait inspirer autrefois une certaine crainte car la forêt dense et sauvage prédominait sur toute son étendue. Jules César disait justement que la forêt ardennaise était la plus grande de toute La Gaule. L’Ardenne atteignait dans l’Antiquité jusqu’aux limites de l’Eifel en Allemagne.

randonnée Ardenne

Le territoire était parsemé de landes, de marais et de tourbières. Un sentiment de peur et de mystère était entretenu par d’innombrables contes et légendes. Le point culminant de l’Ardenne se situe à 694 mètres au Signal de Botrange dans les Hautes-Fagnes. Le sous-sol ardennais est composé de grès dur et de pierres schisteuses de couleur foncée. Cette caractéristique permet de distinguer l’Ardenne de ses régions voisines. Le sol est pauvre et acide. Il est difficile à cultiver. La richesse du territoire est principalement tournée vers la sylviculture, l’industrie du bois et le tourisme vert.

Histoire de l’Ardenne

Les premières traces d’occupation de l’Ardenne remontent à 3000 ans environ. Les Celtes seraient les premiers à être venus s’installer dans la région. Les conditions assez rudes de l’époque rendaient la vie difficile. La croissance de la population était lente car les terres cultivables en Ardenne produisent peu, bien moins que dans le Condroz par exemple qui bénéficie d’une terre fertile recouverte de limon éolien. La majorité des rivières ne sont pas navigables et les déplacements étaient difficiles à cause du relief accidenté.

La forêt originelle en Ardenne était essentiellement composée d’arbres feuillus (hêtres, aulnes, bouleaux, chênes) et d’étendues de fagnes. Mais ce paysage changea beaucoup à partir du Moyen Âge car le bois était la principale ressource de la région. Les forêts ont été transformées pour extraire du bois de construction et pour se chauffer. Des pâturages ont remplacé des parcelles entières de forêt. La tourbe était également exploitée comme combustible ou pour la fabrication de briques. L’utilisation des ressources de la forêt a profondément bouleversé le massif ardennais.

Ardenne rando

Des milieux naturels à préserver

La Révolution industrielle a fait sortir l’Ardenne de son isolement. L’Ardenne devenait un centre sidérurgique très important. La production de charbon augmentait fortement pour alimenter les forges. Bien que cette industrie était localisée aux frontières nord et sud, la construction des routes et des voies ferrées finirent par briser l’ancien massif ardennais. Les forêts anciennes étaient progressivement remplacer par des plantations de sapins et d’épicéas. Leur croissance plus rapide répondait mieux aux besoins de l’industrie et à l’extension des mines de charbon. Ces arbres originaires des pays nordiques sont particulièrement bien adaptés aux conditions du terrain. Ils se sont répandus au détriment des forêts indigènes.

Le massif ardennais est aujourd’hui beaucoup plus ouvert qu’il ne l’était dans un lointain passé. Il est toujours un réservoir pour la production de bois mais son rôle doit être renforcé pour maintenir la biodiversité et garantir des espaces verts de qualité. Des projets ambitieux tentent de restaurer les anciennes tourbières et les forêts de feuillus originelles. Des parcelles plantées d’épicéas et de sapins sont éliminées dans le but de reconstituer des milieux naturels de plus grand intérêt biologique. Le patrimoine naturel ardennais est ainsi remis en valeur. Les espèces sauvages retrouvent un habitat plus accueillant.

Ardenne botanique